• La Pochette Musicale

Rencontre avec Florent Nagel

PM: Florent, qui êtes vous?

Florent: Je suis une personne qui exerce chaque jour son métier de musicien !

PM. Vous avez adapté le roman des aventures d'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll, qui a plus de 150 ans aujourd'hui. Pourquoi avoir choisi ce conte?

Florent: C'était une commande, et jamais je n'aurais imaginé un jour composer un conte musical ! Cependant je ne considère pas cette pièce comme une adaptation dans le sens d'une transcription littérale de l'histoire d'Alice en musique. La musique est plus que cela, elle permet au discours de pouvoir donner d'autres directions que celles soulevées initialement par les mots. Il n'y a donc pas d'un côté les mots, et de l'autre la musique. Le piano et la voix sont des instruments différents que l'on peut écouter ensemble, sur le même plan. C'est de la musique de chambre, dont la forme globale est l'histoire d'Alice, avec ses mots d'origine. Alice au Pays des Merveilles est un exemple de structure non traditionnelle. Son écriture ne fait pas référence à : “ll était une fois...”. Alice ne manque pas d’audace et va au-devant des aventures en prenant tous les risques. Pensant par elle-même, elle invente ses solutions à chaque événement, prenant appui sur des personnages rencontrés, haut en couleur, surprenants, loufoques ou inabordables. Les mystères liés au rêve d’Alice permettent à chacun de se projeter dans les sens multiples où l’imaginaire de la musique tient lieu de support.

PM: Et pourquoi l'avoir écrit pour un piano à 4 mains?

Florent: Le piano est un instrument à la fois riche et en même temps assez "monotone" car il a toujours un son identique, même si l'on peut en varier les couleurs. Mais c'est un instrument polyphonique qui permet de créer une richesse incroyable de complexité, à l'image de l'orchestre. J'ai donc plutôt pensé à quatre instruments que sont ces quatre mains, pouvant utiliser simultanément toute l'étendue du clavier.

PM: L'avez vous composé pour les enfants ou pour des grands?

Florent: Il n'y a pas de chose réservée uniquement aux enfants pour moi, il n'y a pas un "art pour enfant". Si les adultes passent leur temps à faire croire aux enfants qu'il y a une différence avec eux, c'est parce que les enfants savent beaucoup plus de choses que les adultes : ils voient tout. Je n'ai pas l'esprit "Disneyland" : quand on montre quelque chose dans un film, pour moi, on maquille la réalité et tout le monde peut voir la même chose. Par contre, lorsque l'on entend une chose, chacun peut l'écouter différemment. Je ne compose donc pas pour une catégorie de personne en particulier : si la personne écoute attentivement, c'est essentiel pour qu'elle puisse se réaliser et toujours apprendre et ce, quelque soit son âge. Par contre, donner ce spectacle à des enfants les conduit à chercher sans cesse le sens des événements et des situations où Alice s’engage. Il s’agit pour eux de construire, d’inventer des réponses au fur et à mesure des épisodes. La musique vient titiller leur imaginaire, d’autant plus que dans Alice, la remise en question du monde tel qu’on le connaît est sans cesse évoquée. Tout est son contraire. La dérision, la quête du sens, la critique de l’ambiguïté du langage, l’identité de la personne, amènent Alice à nous interroger. On découvre une petite fille que rien n’arrête, qui questionne et veut tout savoir. Au Pays des Merveilles, tout est finalement déréglé et à l’envers. Le temps, les mots, la logique, les personnages, les situations semblent s’amuser à donner de l’absurde à l’extraordinaire.

PM: Quels compositeurs vous ont inspiré pour écrire cette pièce?

Florent: Aucun en particulier, je n'ai pas de modèle. Toutefois, dans la pièce vous n'êtes jamais perdu par rapport à toutes les références de formes, incluses et "digérées" dans la pièce : marche militaire, galop, nocturne, variations, etc... que l'on reconnaît aisément et qui donne sens au discours. La musique s'amuse avec les mots du texte.

PM. Quelle est votre scène préférée ?

Florent: Pour l'avoir jouée et entendue plus de 200 fois depuis sa création, c'est un tout dans la globalité de l'instant : une scène prend son sens dans toute la pièce, elle même étant une succession de tableaux toujours renouvelés, de morceaux musicaux qui s'enchevêtrent et s'enchaînent au rythme de la narration. Je n'ai donc aucune préférence en particulier.

PM. Si vous pouviez être un personnage de l'histoire, quel serait-il et pourquoi?

Florent: Même s'il y a beaucoup d'humour dans la pièce, les personnages contenus dans la narration ne sont pas des choses auxquelles on peut s'identifier. C'est plutôt le fait de faire revivre aux auditeurs les aventures d'Alice qui a été l'objet de mon travail de compositeur.

PM: Vous travaillez avec des enfants et des adultes souffrant de maladies neurologiques, notamment d'Alzheimer. En quoi la musique est-elle, pour vous, une "thérapie"?

Florent: La musique peut-être un langage mais surtout un espace pour se retrouver, soi-même ou ensemble. Mon travail avec ces personnes m'a surtout appris que nous avons tous quelque chose qui nous est propre. Je n'aime pas trop le mot de "thérapie". Le pouvoir de la musique est de dépasser les mots. De ce fait, on peut faire passer des choses intraduisibles.

PM: Avez vous d'autres projets d'adaptation musicale pour les enfants?

Florent: Dans quelques jours paraîtra mon LIVRE POUR PIANO solo en CD chez Azurclassical et dans la foulée en partition, chez Alphonse Leduc. Ce sont des pièces pour piano seul, donc elles sont pour tout le monde, soit à l'écoute, soit au jeu.

PM: Votre pièce sera jouée le 7 avril par le Duo Eclypse. Comment vous êtes vous connus?

Florent: Depuis la création de cette pièce, beaucoup de personnes s'y intéressent et souhaitent régulièrement la jouer. C'est le cas de ce Duo, que je ne connaissait pas avant qu'il ne programme Alice à son répertoire, il y a deux ans, tout comme de l'orchestre du Capitole de Toulouse qui programme également la pièce cette saison dans sa transcription orchestrale.

PM: Merci beaucoup Florent de nous avoir partagé les dessous d'Alice dans cette interview. Au plaisir de vous revoir le 7 avril parmi nous et d'ici là, bon lancement pour le LIVRE POUR PIANO!

A bientôt!






30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout